TERRE SAINTE

Dimanche 10 septembre – 20h – Durée : 1h30

Amin et Yad

Pourquoi on les aime ?

Venez voir une pièce montée par des personnes ayant grandi loin du milieu théâtral, venant d’horizons différents mais qui ont tout de même de belles choses à dire. Venez voir des visages nouveaux, Venez voir de la diversité.

Nous voulons pointer du doigt le fait que les réactions des uns et des autres face à une situation proviennent d’un contexte et puisent leurs sources dans une histoire personnelle. Ca ne légitime pas tout mais ça permet de comprendre. Si on essaye de comprendre, on évite de juger, on permet de tendre une main et on peut ainsi désamorcer le conflit

Venez crier haut et fort-avec nous que l’amour des siens ce n’est pas la haine des autres.

Le pitch

Terre sainte. C’est une ville en état de siège, où le paysage est blanc, poussiéreux et dévasté, où les soldats tirent sur les chats qui passent. Carmen a disparu à un check point ; sa fille Imen affronte les perquisitions d’Ian, le soldat. Dans la maison d’à côté, Alia, la sage-femme, soigne le chat Jésus, tandis que Yad, son mari, s’évade dans les volutes du narguilé, la saveur des pistaches, et l’ivresse de l’arak de Zahlé autant d’échappatoires au bruit des fusillades, au ravage des incendies. Et puis, un jour, Amin, le fils d’Alia et de Yad, tue un soldat et l’étudiant modèle devient un martyr qui viole, détruit et meurt au nom de Dieu.

Mais ne vous méprenez pas, cette histoire contient évidemment une parole enthousiaste sur la destinée de l’homme. Une devise rayonnante pour ne pas s’endormir dans la frayeur ; une bonne nouvelle pour rêver d’actions héroïques ; une prescription d’espoir pour grandir – Mon enfant, une poignée d’humains qui pourrissent ta vie ne signifie pas que ta vie est pourrie.

Cie Lettre Ouverte

Nous sommes trois garçons du quartier de Belleville attirés depuis toujours par le milieu théâtral. Il s’agit d’une passion et nous avions jusqu’à présent hésité à nous lancer car nous n’étions pas particulièrement favorisés ni encouragés par notre environnement socio-culturel et économique et nous pensions que ce n’était pas fait pour nous.

Depuis deux ans pourtant, l’un de nous trois a franchi ce pas et a incité les deux autres à en faire de même. Ainsi, le projet de monter « Terre-Sainte » est né. Deux d’entre nous gèrent administrativement la compagnie et le troisième, qui a suivi une formation aux Ateliers Blanche Salant, est comédien et metteur en scène. Nous nous sommes entourés d’une équipe solide afin de transmettre et de porter au mieux la pièce.